Bernina - Palü

[FR] 06.-10.08.2006: Hochtourenwoche Bernina Gruppe

Depuis mon arrivée a ZH en 1999, cette région de la Bernina m'a attirée et c'est a deux reprises que j'ai planifié une ascension. Tout d'abord en hiver 2003 avec l'école Berg&Tal mais remplacée par la Haute Route VS par manque de participants puis avec mon ami Markus rencontré au Mont Rose en 2004 mais également renonce par manque de neige au Sud cette fois. Nous décidons de remettre cela en été et 5 jours sont réservés début aout 2006 ainsi que le programme défini s'appuyant sur ce que les écoles d'alpinisme proposent. Sommes tous les deux en bonne condition physique, Markus s'est préparé au Clariden et moi-même au Piz Medel la semaine d'avant. Apres un mois de juillet torride, la météo est très mauvaise et pluvieuse au Nord mais annoncée sec en Engadine; nous décidons de tenter le coup et nous rencontrons avec un sac de 12kg dans le train de 7h22 a Thalwil dimanche matin pour St-Moritz/Surlej ou la pluie nous accompagne jusqu'a l'Albula. Après une bonne pizza, nous prenons la cabine de 13h05 pour la station intermédiaire du Piz Corvatsch. Le plafond nuageux se situe à 3400m environ, il fait sec. Peut après la Fuorcla Sulej, un nouveau pont en bois nous permet de franchir un large fosse créé par une coulée d'eau et de pierre qui a malheureusement coûté la vie a une randonneuse allemande de 70 ans le mardi 11 juillet. Nous atteignons la cabane Coaz à 16h00 ou le temps s'est amélioré ce qui nous permet de repérer visuellement notre chemin du lendemain sur les difficiles glaciers de Roseg et Sella. Une discussion avec le gardien qui nous conseille de marcher uniquement sur la glace en évitant la neige renforce notre idée mais un bref téléphone avec un collègue de travail qui était monté la veille m'apprend qu'il a renonce au Chapütscin à cause du brouillard intense de ce dimanche matin. Nous partageons notre table avec Jürg Meyer (préposé à l'environnement au CAS) et sa femme. Par le plus grand des hasard positif, je rencontre également J.-Jacques Pilloud, "mon" guide de l'EPFL avec lequel j'ai effectué mes premières courses de peau de phoque ainsi qu'un trekking au Népal en 2001 et qui m'a donne le gout aux montagnes. Il est avec 3 clients et son programme est semblable au notre (Bernina Absolut). Tous les ingrédients sont réunis pour notre traversée sur le refuge Marinelli.

Lundi 07 aout: Traversée sur le Rif. Marinelli depuis la cab. Coaz via Fuorcla da la Sella

Nous démarrons à 6h15. La plupart des cordées se rendent au Chapütschin ou au Glüschaint, tous les sommets sont couverts mais le bas du glacier est dégagé ce qui nous donne espoir en laissant toujours une possibilité de retour a la cabane. Nous entamons notre marche sur le glacier Roseg avec un guide et deux clients, tout d'abord par une 1ère montée au Sud jusqu'a 2800m (la zone crevasse nous les fait enjamber, ce qui aurait été plus simple de bien rester a droite) puis une 2ème au SE a 2900m. Nous choisissons ensuite une descente/traversée sur le glacier Sella par deux groupes de rochers alors que le guide les contournent au-dessous. Tout au long de la marche, il est très intéressant de comparer les deux trajectoires dont celle du guide semble optimale. La remontée du glacier est un vrai zigzag entre les crevasses et a nouveau nous prenons trop a gauche alors que le groupe reste a droite, plus facile; nous nous enfoncerons a plusieurs reprises jusqu'au cuisses, sans gravite a condition d'avoir la corde tendue! Peu avant le col Sella, un fort vent du Nord se fait ressentir ainsi qu'un brouillard et nous décidons rapidement de ne pas entreprendre l'ascension du Piz Sella, ce que fait par contre le groupe qui retournera le soir même a la cabane Coaz. Nous atteignons a 10h30 la Fuorcla da la Sella ou nous entamons immédiatement la descente italienne sur le glacier Scerscen en passant au Sud des rochers P3243. Nous apercevons le bivouac Parravicini sur notre droite ainsi qu'un temps bien dégagé au Sud. Apres une brève pause a l'abri du vent, nous nous faisons balayer par des rafales intenses sur le glacier presque plat, un mauvais moment. Une descente trop rapide sur le glacier nous fait perdre du temps et devons remonter déséquipé au Passo Marinelli Occidentale; le vent a disparu et le temps presque au beau mais toujours aucun Piz Bernina en vue car dans le brouillard. Des le col, le chemin de descente au refuge Marinelli est bien marque et atteignons ce dernier en 1 heure, soit a 14h00, plus tôt que prévu mais content de pouvoir profiter de la situation: chambre a 2 et repas a choix, servi! L'excellent et typique refuge italien est peu occupe, soit une 20aine de randonneurs environ.

Mardi 08 aout: Montée au Rif. Marco e Rosa depuis le Rif. Marinelli (Via Ferrata)

Nous partageons le déjeuner avec 2 cordées, une de 3 et de 2 italiens. Nous partons plus ou moins ensemble à 6h30 avec un temps magnifique et apercevons au Passo Marinelli pour la 1ère fois les magnifiques faces Sud du Piz Roseg et Bernina ensoleillées ainsi que le refuge Marco e Rosa perche sur une terrasse a 3597m, soit 600m plus haut. Nous comptons faire l'ascension du Piz Bernina le même jour mais nous allons commettre 2 erreurs qui nous feront perdre beaucoup de temps et nous priverons d'une ascension. La 1ère étant de vouloir prendre la route directe du glacier (d'abord a pied) mais alors crevassée qui nous force à les contourner; un détour par la gauche aurait été plus rapide mais retrouvons tout de même les traces de montée et la 2eme étant la difficulté de trouver l'accès au refuge par une nouvelle Via Ferrata. M'étant pourtant bien renseigne la veille et noté le point d'accès au GPS, nous écoutons le leader "Marco" de la cordée à 3 qui nous indique un raide couloir de neige au pied SW du Refuge mais *pas* a l'entrée de la Fuorcla Crast' Agüzza comme pensé ou soudain les traces s'arrêtent. Cela nous parait douteux mais entamons la montée a la recherche d'une marque ou chaine. Apres 1 heure difficile, nous devons nous convaincre que c'est la fausse piste et sommes contraint de redescendre par le même accès neigeux et raide alors que Marco choisi les rochers ce qui déclenche des pierres mais nous avions mis nos casques. A ce moment, j'ai réalisé que ma tête était irritée ainsi que ma gorge très sèche de cette erreur ce qui m'a fait perdre confiance, j'ai eu beaucoup de difficulté a redescendre mais le sang froid de Markus nous a permis de retrouver notre point de départ, après plus de 2 heures perdues. Une possibilité peu probable aurait été d'escalader les rochers plus haut pour atteindre le refuge mais un retour sur nos pas a été la bonne décision. Nous retrouvons Marco alors que nous apercevons les 2 autres (qui étaient plus en recul) montant la raide Fuorcla Crast' Agüzza. Cette fois, nous n'écoutons pas Marco qui aimerait prendre l'ancien chemin au Nord et décidons de chercher l'entrée de la Via Ferrata, 100m au-dessus. Par une courte montée enneigée raide, nous la trouvons a 10h50 comme prévu au pied Sud du Refuge a 3390m, sans la moindre indication! Les italiens décident de monter avec crampons mais sans corde alors que nous décidons sans crampons mais avec corde et passons en premier. Les 5 premiers échelons complétés de chaines s'annoncent très difficile et dangereux, une petite chute assurée de Markus me râpe le coude gauche mais pas bien grave. Les rochers sont enneiges et parfois glaces mais après bien des efforts et explications en italo-allemandes, nous surmontons cette 1ère partie et atteignons les 5 la zone plus facile pour la suite de la montée. Un soleil plein Sud nous fait transpirer et c'est à 13h30 que nous atteignons le vieux puis nouveau refuge Marco e Rosa, fatigue musculairement mais surtout psychologiquement. Les 2 autres italiens qui avaient choisi la Fuorcla Crast' Agüzza sont arrive 1h30 avant nous mais apprenons que cette voie n'est pas toujours faisable. Le temps se couvre et décidons de remettre le Piz Bernina au lendemain non sans avoir réservé une 2ème nuit a la même place et décommander la Cabane Boval par téléphone. Aucune cordée ce jour la n'a fait l' ascension du Piz Bernina depuis le refuge Marinelli. Le refuge Marco e Rosa est neuf (2002) a l' ambiance italienne très sympathique avec musique et peu occupe. Une après-midi calme ainsi qu'un bon repas nous permet de reprendre des forces et de s'acclimater après cette matinée riche en émotions. Le manque de sérieux a l'entrée de cette Via Ferrata reste un point a améliorer (par exemple par une pose d'une échelle) sous peine d'accidents graves.

Mercredi 09 aout: Piz Bernina (4049m) par la Spalagrat (arrête Sud)

Cette journée est placée sous l'unique ascension du Piz Bernina qui peut se faire en une demi-journée et décidons ainsi de prendre notre temps. La météo est bonne mis a part quelque brouillard matinaux au sommet. Nous démarrons ainsi a 7h00 avec un sac allégé et atteignons facilement les marques vertes sur les premiers rochers de la Spalagrat, arrête Sud. Les deux cordées d'italiens de la veille sont parties avant nous et c'est avec surprise que nous croisons celle de Marco qui renonce a l'ascension trop difficile pour ces deux autres coéquipiers alors que nous apercevons les 2 autres italiens déjà bien avances sur l'arrête. Nous n'avons alors pas la présence d'esprit de lui proposer de grimper ensemble et lui souhaitons une bonne descente en vallée. La progression au crampons sur la Spalagrat s'avère un peu plus difficile que prévue mais Markus pose de nombreux rappels puisque nous ne sommes pas du tout pressé. Des anneaux tous les 10m facilitent cette opération avec notre corde simple de 30m et quelques dégaines. A mis parcours, nous croisons déjà les 2 italiens qui redescendent en ayant atteint la Spedla, sommet italien de la Bernina; ils ont renoncé au sommet suisse vu le fort brouillard sur l'arrête de liaison mais déjà, nous apercevons derrière nous les premières cordées parties du refuge Marinelli dont une nous dépasse. Nous atteignons a 10h05 La Spedla et apercevons la 1ere cordée de 2 italiens au sommet principal ce qui nous donne espoir pour la marche en corde courte sur l'arrête escarpée et enneigée mais s'avérant en parfaite condition. Nous atteignons sans trop de difficultés mais bien concentré le sommet du Piz Bernina a 10h30 et décidons d'y faire une bonne pause car la météo le permet, sans vent ni froid et que nous avons toujours du temps. Le réseau Swisscom est excellent à 4049m et en profite pour appeler Antonella et Markus quelques SMS! Nous entamons la descente a 11h15 et croisons quelques cordées de Berg&Tal notamment en échangeant quelques mots. La technique de descente expliquée par Markus s'avère très efficace et sommes de retour a 13h30, content et jamais "stressé" alors qu'il commence a neiger. En entrant dans le refuge, nous retrouvons le groupe de J.-Jacques qui vient d'arriver du refuge Marinelli, un autre groupe d'allemand aperçu a la cabane Coaz qui nous demande quelques renseignements et plus tard le guide Markus Iff de Berg&Tal avec lequel j'ai fait la Haute Route VS en 2003! Le soir est plus animé que la veille car plus de monde; nous partageons notre table avec un jeune guide, son frère et amie, tous d'Alagna qui ont gravis le Piz Bernina par le fameux Biancograt, arrête Nord. Notre décision de faire le Piz Bernina en un jour s'est avérée excellente voire reposante et sommes prêt pour la dernière étape de la grande traversée des 3 Palü sur Diavolezza en espérant qu'il cesse de neiger.

Jeudi 10 aout: Piz Palü (3901m) par la Fuorcla Bellavista, Spinasgrat sur Diavolezza

La plupart des cordées, environ cinq, se dirigent en direction de Bellavista et sommes les derniers a partir a 6h30 pour profiter de la trace qui contourne les sournoises crevasses de la Fuorcla Crast' Agüzza. 5cm de neige fraiche ainsi qu'un vent glaciale mais un ciel limpide nous assure un spectacle inoubliable sur le Piz Bernina et Morteratsch. Nous atteignons rapidement la Fuorcla Bellavista a 8h00 et apercevons les autres cordées sur la Spinasgrat que nous commençons également a escalader. La progression est simple et rapide mais soudain un bloc lisse, semblant difficile a franchir car portant de nombreuses marques de crampons, nous fait écarter de l'arrête: en effet, des traces dans la neige semble l'éviter sur la droite, a l'abri du vent et nous nous laissons faussement tenter. Ce détour nous coutera beaucoup d'énergie ainsi qu'une perte de temps et l'arrivée de brouillard par le Nord. Apres coup, il s'est probablement passé ceci: le grand groupe de Berg&Tal étant parti en premier, ils ont ete ralentis par ce passage et les 3 italiens d'Alagna ont voulu les dépasser en partant a droite, chemin que nous avons emprunte. Le guide a eu certainement plus de facilite a rejoindre l'arrête que nous, d'ou cette complication. Ce scenario ne sera jamais confirme. Nous remarquons a peine le sommet W rocheux du Piz Palü dénommé Piz Spinas en croisant quelques cordées et atteignons a 10h30 le sommet principal du Piz Palü a 3901m malheureusement dans le brouillard. Un groupe de quatre allemands fête leur victoire et entamons la descente par une arrête enneigée et escarpée méritant une concentration extrême avant d'atteindre le 3ème et dernier sommet E du Piz Palü. La raide face E de 40° jusqu'au col P3726 est en excellente condition et peu glacée vu la neige fraiche tombée la veille. Nous croisons encore quelques cordées montantes qui tirent la langue. La suite de la descente bien tracée est un magnifique slalom entre les séracs du glacier Pers, bien connu pour ses difficultés ou d'ailleurs s'est produit quelques minutes plus tôt un accident: un hélicoptère de la REGA dépose un médecin sous un sérac (raccourcis ?); l’alpiniste s'est probablement foule une cheville mais en tout cas rien de très grave. Cette descente est inimaginable en cas de brouillard et sans trace par les guides de Pontresina; un pont en bois enjambant une profonde crevasse a du reste été pose sur le chemin. Apres une pause sur le glacier redevenu inoffensif a 3000m, nous nous déséquipons et entamons a 13h30 la dernière petite contre-montée de la Furocla Trovat puis sentier marqué a Diavolezza que nous atteignons parmi les touristes a 14h15. Avant de descendre en téléphérique, nous trinquons au Rivella Rouge avec vue voilée sur l'entier de notre parcours, heureux de ces cinq formidables et inoubliables jours passe avec Markus en haute montagne et en ayant achevé le but envisage par les deux ascensions sans accident du Piz Bernina et Palü. La relative météo clémente mais instable du Sud a joue un rôle important.

Thalwil, 13.08.2006 par un WE pluvieux. Chris